Version imprimable
Auteur: 
Jean-Louis Simoens, avec Anne Delépine et Roger Herla
Date de publication: 
11/2017

Cette analyse s’inscrit dans un questionnement plus général des pratiques d’étiquetage et de catégorisation des faits et des personnes, en particulier dans le domaine des violences conjugales. Dans ce texte, nous nous appuyons sur l’exemple de la typologie de Johnson pour réfléchir aux effets -espérés ou plus regrettables- d’une classification des violences. C’est notamment l’occasion de souligner les tensions entre d’une part la démarche de classification et, d’autre part, l’analyse socio-politique et genrée.