Version imprimable
Auteur: 
Floriane Namêche
Date de publication: 
12/2017

Traditionnellement, les filles sont éduquées dans la crainte de se faire attaquer par les hommes dans l’espace public. Toute leur vie, les femmes sont conditionnées à avoir peur des agressions à caractère sexiste quand elles se déplacent en rue. N’est-ce pas plutôt à ces comportements qu’il faut s’attaquer, comme le veulent les protestations de femmes de plus en plus nombreuses et les dénonciations collectives de ces derniers mois ? Dénoncer le harcèlement de rue va-t-il pour autant mettre fin aux rencontres spontanées, à la naissance d’affinités entre deux individus qui ne se connaissent pas ? Nous ne le croyons pas. Dans cette analyse, nous tordons le cou à cette idée qui pourrait amoindrir la force du mouvement de transformation qui est en route.