Version imprimable
Auteur: 
Anne Delépine
Date de publication: 
03/2017

Les notions de légitime défense différée et du syndrome de la femme battue ont fait grand bruit dans les médias français à l’occasion des deux procès condamnant Jacqueline Sauvage, femme battue qui a tué son mari en septembre 2012, et puis de la grâce présidentielle qui lui a été accordée en décembre 2016. Elles ont été présentées comme des revendications féministes et suscité une proposition de loi qui amenderait la notion de légitime défense en droit français. La comparaison de cette proposition avec le droit canadien, souvent cité en référence, montre cependant que ce dernier bénéficie d’une réflexion beaucoup plus approfondie sur la légitime défense dans les situations de violence conjugale.