Battre les cartes, échanger les places, partager les savoirs. Immersion dans un groupe d'éducation permanente.

Auteur: 
Héloïse Husquinet
Date de publication: 
12/2016

Les Batelières de l’Espoir préparent une animation publique sur le thème des violences conjugales. Invitée à participer à leurs réunions, l’auteure de cette analyse a eu l’occasion d’observer les étapes successives et l’aboutissement d’un processus d’empowerment féministe. Ce fut aussi l’opportunité pour elle de réfléchir aux modalités de transmission d’un savoir engagé, ainsi qu’à sa place de chercheuse dans le champ de l’éducation permanente.

Ethique de la sollicitude et approche féministe de la violence conjugale

Auteur: 
Anne Delépine
Date de publication: 
12/2016

Comment certains concepts développés par la pensée féministe sont-ils mis au travail dans un groupe de femmes qui étudie la violence conjugale ? L’éthique de la sollicitude (le care) apporte une illustration de la valeur pédagogique des idées féministes. Manipuler ces idées permet aux femmes de déconstruire des représentations et des mythes qui pèsent sur leurs choix existentiels.

Face à la violence conjugale, que peut l'espoir?

Auteur: 
Les Batelières de l'Espoir, avec Marie-Jo Macors et Anne Delépine
Date de publication: 
12/2016

‘Une parole d’espoir’ est un spectacle créé par un groupe de femmes confrontées aux violences conjugales et/ou intrafamiliales dans leur parcours de vie. Motivées et autodidactes, elles ont discuté entre elles et exploré la littérature sur le sujet. Puis elles ont mis en forme ce qu'elles ont appris de façon à permettre à d'autres d’identifier la violence subie, de reprendre du pouvoir et de se libérer.

Conscientisation féministe et éducation permanente

Auteur: 
Anne Delépine
Date de publication: 
12/2016

Cette analyse aborde les convergences entre l’éducation permanente des adultes et le concept de pédagogie féministe qui caractérise notre démarche d’animation de groupes de femmes confrontées à la violence conjugale. Telle qu’elle a été définie par les chercheuses, la pédagogie féministe a des caractéristiques qui se retrouvent assez nettement dans les actions d’éducation et de formation propres au champ de l’éducation permanente.

Le groupe Ginger nominé au prix Théroigne de Méricourt

Ce lundi 9 décembre, une délégation du groupe Ginger a fait le voyage vers Namur, pour assister à la remise du prix Théroigne de Méricourt, remis par les Synergies Wallonie pour l’Egalité. Ce prix porte le nom d'une femme née en 1762 à Marcourt, près de La Roche en Ardenne dans une famille d'agriculteurs. Anne-Josèphe Théroigne de Méricourt (de son vrai nom Anne-Josèphe Terwagne) quitta sa famille très jeune pour mener une vie aventureuse, avant de s'enflammer pour la Révolution française et d'y participer.

En octobre, les Gingers ont manifesté…

Les Gingers sont un groupe féministe citoyen composé de femmes qui se sont, au départ, initiées aux techniques d’auto-défense verbale et physique dans des ateliers organisés par leManif au Salon de l'emploi CVFE.

Beau succès pour la journée «Le jour où j’ai découvert ma force»

La journée « Le jour où j’ai découvert ma force », organisée par le CVFE pour fêter le 5e anniversaire de seLe groupe Ginger présentant la journées formations à l’auto-défense pour les femmes, s’est déroulée avec un franc succès le vendredi 14 juin à l’Espace provincial Belvaux à Grivegnée.

Pour un savoir féministe : le divorce belge

Auteur: 
René Begon
Date de publication: 
12/2012

La notion d’« université des femmes » développée à Bruxelles par l’association du même nom est issue à la fois du mouvement de contestation des savoirs universitaires propre à Mai 68 et d’une situation particulière à la Belgique se manifestant par l’absence de collaboration entre l’université et le mouvement féministe, contrairement à ce qui se passait en Amérique du Nord et aussi en France. Comparaison entre la situation au Québec et en France où les études féministes sont présentes à l’université, et celles moins favorables de l’Italie et de la Belgique francophone.

Informations supplémentaires: 

Trente ans d’histoire du féminisme en Belgique autour de l’Université des femmes (2/2)

Féminisme et éducation permanente : conquête d’une autonomie

Auteur: 
René Begon
Date de publication: 
12/2012

Fondée en 1982, l’Université des Femmes de Bruxelles fête cette année son trentième anniversaire. C’est l’occasion de resituer son histoire dans le continuum du féminisme belge et de revenir sur une période importante de l’évolution des idées et des pratiques intellectuelles féministes, notamment dans leur rapport avec l’éducation permanente et le savoir féministe.

Informations supplémentaires: 

Trente ans d’histoire du féminisme en Belgique autour de l’Université des femmes (1/2)