La Marche Mondiale des Femmes (MMF) donne à toutes et tous rendez-vous, ce mardi 20/09, à 16h30 au 61 rue de la Loi (en tout début de cortège) pour faire tomber ces traités transatlantiques qui auront des conséquences désastreuses sur nos vies (dans le domaine de l’emploi, la santé, l’enseignement, l’environnement, la culture,...).

Car dans ce contexte, ce seront à nouveau les femmes qui paieront le prix fort !

Affiche de la MMF

Par René Begon
Date: 19/09/2016 à 16:46

Affiche film AllendeLe CVFE est partenaire de l’avant-première du film Allende, mon grand-père  de Marcia Tambutti Allende, dans le cadre de la rentrée associative mercredi 28 septembre à 20h

L'avant-première sera précédée de la projection de la dernière interview de Salvador Allende en présence de Josy Dubié, ancien journaliste de la RTBF.

Dès 19h : verre de bienvenue offert par la Coopérative Al’Binète et accès aux stands associatifs.

Infos sur le site des Grignoux

Suivre l’événement sur la page facebook

Par René Begon
Date: 01/09/2016 à 12:14

Pour la troisième fois, l'ETE SHOW du CVFE revient avec son cortège d'activités ludiques variées tout au long de l'été, pour des femmes et par des femmes...

Créativité, échanges, partage de savoirs, ateliers, débats, ciné-club, rencontres, découvertes, bonne humeur culture, réflexions, petits miracles et, surtout, jolis bouts de ficelle!

Quatre après-midis par semaine, de 13 à 16h, du mardi 5 juillet au mercredi 31 août.

Les activités sont gratuites et accessibles à toutes, n'hésitez donc pas à pousser la porte :)Atelier peinture

Le mardi 5 juillet, de 13 à 16h, nous organisons un lancement de ces activités: ce sera donc l'occasion de créer du lien, de rencontrer les participantes ainsi que les animatrices et de fêter cet été qui s'annonce show.

Au plaisir de vous y voir nombreuses rue Maghin n°11 à 4000 Liège (quartier Saint-Léonard).

Pour plus d'infos, n'hésitez pas à contacter l’Éducation Permanente au 04 223 68 18 ou GSM 0471 60 08 48 ou via ginger [at] cvfe [dot] be

 

Bandeau Ete-Show

Par René Begon
Date: 21/06/2016 à 09:28

Début mai, l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes (IEFH, institution fédérale) a fait le point sur les plaintes et notifications (demandes d'information) reçues par lui en 2015.

Sa conclusion: « les femmes restent les principales victimes de discrimination », un constat « particulièrement flagrant dans la sphère du travail » Lire

« Le domaine du travail reste le domaine dans lequel le plus grand nombre de notifications est constaté, observe l’IEFH, et une augmentation de l’ordre de 18% est en outre observée par rapport à 2014. La plupart des signalements introduits en 2015 concernaient des discriminations relatives au contexte professionnel, et environ 6 sur 10 provenaient de femmes. Et comme les années précédentes, près de 4 cas sur 10 concernaient la discrimination liée à la grossesse. L’emploi est un domaine dans lequel les femmes subissent tout particulièrement des discriminations, qui affectent leur quotidien, leur carrière et leur vie. ‘De nombreuses femmes sont notamment victimes d’écart salarial, du plafond de verre, mais également de discriminations à l’embauche, et/ou relatives à leur grossesse et leur maternité ».

Il est impressionnant de constater l’importance que prend la discrimination liée à la grossesse parmi les plaintes introduites par des femmes.

Mais l’Institut constate aussi une augmentation des plaintes liées au harcèlement sexuel :

« Une importante augmentation du nombre de notifications pour harcèlement sexuel et sexisme est toutefois observée par rapport à l’année dernière. Le nombre de signalements portant sur le sexisme a augmenté de 28 % en 2015. Les notifications pour harcèlement sexuel ont quant à elles été multipliées par six en un an. L’entrée en vigueur de la loi pour lutter contre le sexisme en 2014 et l’intérêt des médias peuvent expliquer en grande partie ces chiffres ».

Après cela, peut-on avoir l'impression que la situation des femmes est en train de s'améliorer ? Non, le patriarcat continue à faire payer cher aux femmes la moindre de leur émancipation.


Par René Begon
Date: 23/05/2016 à 20:44

Baisse de concentration, sautes d’humeur, déprime, épuisement : les femmes victimes de violence domestique emportent leurs difficultés partout avec elles, y compris sur leur lieu de travail. Le vécu de violence a évidemment une influence certaine sur les travailleuses. Des entreprises européennes ont réfléchi à cette question dans le cadre du projet européen DAPHNE. Elles ont réalisé un guide de bonnes pratiques qui sera présenté le 16 juin à Bruxelles, dans le cadre d’un colloque européen.

Dans l’Union européenne, un tiers des femmes sont victimes de violence conjugale. Le chiffre augmente encore si on y inclut les violences psychologiques. Même si ces violences ont surtout pour cadre le domicile privé, elles ont un impact considérable sur la disponibilité d’esprit et la condition des femmes qui travaillent.

Durant deux ans, huit partenaires appartenant à cinq pays d’Europe (dont l’organisateur du colloque « Pour la Solidarité ») ont élaboré un guide bonnes pratiques destiné aux entreprises avec le soutien financier du projet européen DAPHNE et dans le cadre du projet CARVE (Companies against gender violence).

Le projet CARVE vise à sensibiliser, prévenir et lutter contre les violences faites aux femmes grâce à une implication active des entreprises. Dans le cadre de cette conférence, des entreprises de toute l’Europe se réuniront à Bruxelles afin d’échanger sur leur rôle dans la lutte contre les violences sexistes.

À cette occasion, un large panel d’intervenant-e-s (chercheur- euse-s, représentant-e-s de syndicats, cadres  d’entreprises et responsables politiques européens) prendront part au débat afin de partager leurs expériences, leur engagement et les solutions à mettre en place.

Les partenaires du projet présenteront également le « Guide européen de bonnes pratiques : entreprises contre les violences de genre », un outil concret  à  destination  des entreprises souhaitant s’engager dans le combat contre ce fléau.

Ce guide sera présenté le 16 juin 2016 dans le cadre de la conférence européenne « Stoppons les violences de genre ! Entreprises pour un changement sociétal » qui se déroulera à l’Auditorium international (salle B, Boulevard du Roi Albert II 5 1000 Bruxelles), de 9h à 14h30.

 Infos pratiques

  • Accès en transports en commun : Métro 2 et 6  Tram 3, 4, 25, 32, 55, Arrêt Rogier.
  • Entrée gratuite
  • Langues de la conférence : traduction simultanée en anglais et français
  • Déjeuner de réseautage (13h00-14h30) et pause-café.
  • Contact :estelle [dot] huchet [at] pourlasolidarite [dot] eu / +32 2 535 06 69+32 2 535 06 69+32 2 535 06 6932 2 535 06 69

Pour télécharger le guide, cf. carve-daphne.eu #CARVEdaphne

Affiche du colloque

 

Par René Begon
Date: 17/05/2016 à 14:55