Version imprimable

Voici tout juste un an, depuis le 8 mars 2017, la Ligne @ecouteviolencesconjugalesbe est devenue accessible 24h/24 et 7 jours sur 7. Jusque-là, le 0800/30 030 était uniquement accessible les jours ouvrables, de 9 à 19 heures.

Ecoutez l'interview de nos collègues sur la RTBF ce matin.

C'est grâce à une collaboration entre les Pôles de ressources spécialisées en violences conjugales et intrafamiliales et la Fédération des Centres de Télé Accueil, qu'est assurée, via le 0800 30 030, une écoute téléphonique continue, anonyme et gratuite pour les personnes confrontées, à titre privé ou professionnel, directement ou indirectement, à des situations de violences entre partenaires. 4862 appels ont été pris en charge en 2017. Qui appelle la ligne ? Les victimes de violences, des femmes à plus de 90 %, sont les plus nombreuses à former le 0800 30 030, suivies des services et professionnel·le·s du secteur (plus de 500 appels en journée), puis des proches des victimes (près de 400, la journée) et, enfin, des auteur·e·s (des hommes, une quarantaine lors des permanences de jour). La Ligne d’écoute est souvent la première « porte » à laquelle les victimes qui ose dévoiler leur souffrance s’adressent, puisque plus de la moitié des appels traités en journée sont des premiers appels. Les victimes dévoilent difficilement les situations de violences conjugales, ne sachant à quelle poste frapper, ni si elles seront entendues et comprises. En Wallonie, 15 488 plaintes pour violences dans le couple (physique, psychologique, sexuelle, économique) ont été enregistrées en 2016. A Bruxelles, 3 597 plaintes ont été déposées en 2016. Mais l’on sait qu’elles ne rendent pas compte de la réalité, en raison de l’importance du chiffre noir. D’après l’enquête 2014 de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union, plus d’une femme sur 3 en Belgique a subi des violences physiques et/ou sexuelles depuis l’âge de 15 ans. La mise en place d’une écoute téléphonique gratuite pour les violences conjugales constitue une des mesures du plan d’action national 2015 -2019 de lutte contre les violences basées sur le genre.