Version imprimable

Par les représentations qu’ils choisissent de véhiculer, les médias de masse jouent un rôle important dans le maintien ou non des stéréotypes de genre. Ils ont par conséquent un impact sur l’évolution des inégalités entre femmes et hommes et sur les violences qui en découlent. Or, nombre de journaux continuent à diffuser des stéréotypes sexistes ou racistes, à utiliser des informations non vérifiées, à encourager sensationnalisme, chantage à l'émotion ou démagogie pour attirer le lecteur. C'est pour questionner ces pratiques et, surtout, pour aider à la (re)constrution d'un journalisme plus juste et plus critique que l'Association Culturelle Joseph Jacquemotte a invité différents acteurs des milieux journalistique et associatif à prendre la parole lors d'une soirée organisée contre la "presse de caniveau" à la Maison du Livre le 4 mai prochain. Emilie de Dekker et Delphine Dessart porteront la voix du Collectif contre les Violences Familiales et l'Exclusionen se basant notamment sur une récente analyse écrite par Roger Herla, chercheur en éducation permanente, sur la presse misogyne et sexiste.

Le 4 mai 2017 à 19h à la Maison du Livre, Rue de Rome 24-28, 1060 Bruxelles 

Entrée gratuite 

Voir ici le programme de l'événement

Voir ici l'analyse "Sexisme dans la presse : analyser et dénoncer" du CVFE